la villette

Bosch Dreams des 7 Doigts de la Main

Les 7 Doigts de la Main vous invitent dans l’univers du peintre Jérôme Bosch

Une fois de plus, la compagnie des 7 Doigts de la Main présentera cet hiver une nouvelle création à Paris et sous chapiteau dans le parc de la Villette. Le spectacle s’intitule Bosch Dreams (« les rêves de Bosch ») : un voyage fantastique au cœur de l’univers du peintre Jérôme Bosch.

Hommage à l’un des artistes les plus énigmatiques de l’histoire de l’art, Bosch Dreams se déroule sur fond de projections au réalisme magique où prennent vie êtres étranges et animaux fabuleux. Le spectacle nous guide à travers un univers surnaturel où se mêlent des épisodes de la vie du peintre et diverses facettes de son œuvre unique.

Photo : Abraham Per Mortensen

Alors que l’anniversaire des 500 ans de la mort du peintre a été célébré tout au long de l’année 2016, Republique et Les 7 doigts ont été mandatés pour créer ce spectacle évènement qui a été présenté en première mondiale en septembre 2016 à Copenhague. Bosch Dreams fait dialoguer le peintre du Moyen-Âge avec Dalí et Jim Morrisson. Si seulement le primitif flamand avait pu imaginer que son influence allait perdurer des siècles, jusqu’à inspirer le mouvement surréaliste et la naissance du rock psychédélique !

La projection au cœur du spectacle

Pour raviver la mémoire du peintre, le collectif a fait appel au vidéaste Ange Potier qui crée les costumes et signe des animations inouïes se fondant avec les acrobaties des artistes. Sur scène, sept complices interprètent vingt-quatre personnages, dont quelques célébrités très identifiables. Le tout est empreint d’une poésie folle, d’une grande maîtrise technique et se répand en débauche de beauté

Bosch Dreams est une création de Samuel Tétreault, codirecteur artistique des 7 Doigts a qui l’on doit également Tryptique et est codirigé par le directeur artistique de Republique, Martin Tulinius.

Infos pratiques

Bosch Dreams des 7 Doigts de la Main

du 30 novembre au 17 décembre 2017
Espace Chapiteaux du Parc de la Villette (Paris 75019)
Plein tarif : 32 euros

Villette en Cirques fait sa rentrée

Villette en Cirques inaugure la saison 2016/17 des spectacles de cirque de fin d’année. Le cycle commence dès septembre et se poursuivra jusqu’en février 2017 ! Villette en Cirques n’est pas vraiment un festival mais plutôt un cycle de spectacles. En fait le parc souhaite affirmer la place incontournable du cirque contemporain dans sa programmation annuelle.

villette en cirques

Au programme, vous pourrez découvrir pas moins de 6 spectacles dont le lien avec le cirque contemporain est plus ou moins évident qui se joueront selon les cas sous chapiteaux (l’espace chapiteau de la Villette se situe à côté du toboggan Dragon) ou bien dans l’espace WIP Villette.


Dès septembre (le 28) et jusqu’au 16 octobre, c’est le groupe acrobatique de Tanger avec son spectacle Halka qui prend ses quartier dans l’espace chapiteau.

kalka

Avec trois spectacles salués par le public, le Groupe Acrobatique de Tanger a su imposer son art en suspension. Halka est le nouveau volet de cette aventure humaine autant qu’artistique : 14 acrobates et musiciens pour porter au plus haut cette acrobatie dynamique au rythme des tambours, du tar, du banjo et du ribab.

L’énergie du cercle (ou « Halka ») est mise en avant dans cette création collective, avec le regard complice du fondateur de la Cie XYAbdeliazide Senhadji, d’Airelle Caen et de Boutaïna El Fekkak. Le Groupe Acrobatique de Tanger se réinvente une fois de plus. « Notre corps acrobatique est un pied de nez aux frontières qui veulent nous empêcher de voler » résument les acrobates. Rien ne pourra entraver leur élan.

Halka du Groupe Acrobatique de Tanger
du 28 septembre au 16 octobre 2016
La Villette (espace chapiteaux) – Paris 75019
Plein Tarif : 26 euros


Ensuite, du 23 novembre au 25 décembre c’est le collectif Akoreacro qui présentera sa création création Klaxon également sous chapiteau.

Grand succès du cirque contemporain, Klaxon sillonne l’Europe depuis 2013 flanqué d’un piano sur roulettes, d’une roue Cyr, d’un cadre aérien et de balles de ping-pong. La compagnie Akoreacro c’est un véritable collectif qui, avec ses six acrobates et ses cinq musiciens, tous alchimistes du rêve, a inventé sa propre écriture. Cette dernière, emmenée par des rythmes indomptables, elle jaillit et se laisse oublier pour surprendre à nouveau. Dans tous ces chamboulements, çà et là, fleurissent de purs moments de grâce. Et si c’était ça la vie ?

Klaxon du collectif Akoreacro
du 23 novembre au 25 décembre 2016
La Villette (espace chapiteaux) – Paris 75019
Plein Tarif : 26 euros


Voilà pour terminer l’année en beauté avec du cirque à La Villette. Nous aurons l’occasion de reparler prochainement de la programmation de début 2017.

Bannière 728x90

Villette en Cirques : un nouveau festival jusqu’au 17 avril

Le parc de La Villette (Paris 75019) inaugure cette année un nouveau festival de cirque qui vient en complément de sa programmation habituelle et du festival Haute Tension : Villette en Cirques. Au programme de cette première édition, ce sont pas moins de 8 spectacles, de compagnies françaises ou internationales, qui se joueront jusqu’au 17 avril prochain. La sélection des compagnies et des spectacles est assez éclectique, il y en a pour tous les goûts !

villette en cirques

Au programme de cette première édition on retrouve par exemple le Cirque Aïtal et sa création Pour le meilleur et le pire, le spectacle de fin d’année du CNAC  (Centre National des Arts du Cirque de Châlons-en-Champagne) ou encore le cirque Bang Bang et leur spectacle Slow Futur que nous avons déjà croisé à l’occasion du festival Village de Cirque en 2015. Le plus petit chapiteau du monde du cirque Zampanos est aussi de la fête avec son spectacle Le petit cercle boiteux de mon imaginaire ainsi que Nacho Flores et ses équilibres sur cubes de bois ou encore le mentaliste Kurt Demey.

 

 

 

 

 

Il n’est pas encore minuit – CIE XY

« Il n’est pas encore minuit » est la dernière folle création de la compagnie française XY qui se joue jusqu’au 27 décembre prochain à l’espace chapiteaux de La Villette dans le 19e arrondissement. C’est un spectacle de cirque contemporain interprété par plus de 20 artistes et placé sous le signe du banquine  ! Il est totalement fou à plus d’un titre …

cie xy - il n'est pas encore minuit

Plus de 20 artistes de haut niveau spécialisés pour une « petite » production : c’est déjà leur plus belle folie ! Mais qui est la CIE XY ? Une très jeune compagnie qui fête cette année ses 10 ans d’existence. Elle a été fondée par Abdeliazide Senhadj et Mahmoud Louertani, deux anciens élèves diplômés du Cnac (Centre national des arts du cirque). Leur idée : créer un collectif capable de concevoir, réaliser, produire et jouer des spectacles de cirque contemporain mettant en avant cette très exigeante discipline qu’est le banquine. « Il n’est pas encore minuit » est leur troisième grande production.

La mise en scène est d’une simplicité redoutable. Dans le chapiteau, il n’y a rien: pas de décor, pas d’entrée des artistes, pas d’accessoire, seul un grand praticable carré. C’est très épuré. Le placement est libre. En entrant, on ne sait pas dans quel sens est la scène ni où s’asseoir pour se trouver en face. Bien entendu, on comprend très vite qu’il n’y a pas vraiment de face.

Pas de musique « live » et une fois de plus, on retrouve des costumes un peu ternes issus du quotidien civil. Il est grand temps que le cirque contemporain passe à autre chose et essaye d’explorer d’autres univers sur ce point. Cependant, cette déception se fait assez vite oublier dès le début du spectacle.

cie-xy-4

Il est très impressionnant ! Tout commence par une grande et violente bagarre générale. On voit, au fur et à mesure, les très nombreux personnages prendre part à ce combat qui n’a aucun sens. Il n’y a pas de clan. Les filles se battent entre elles, les hommes se battent avec les filles, personne ne semble prendre l’avantage. Cette première scène dure un long moment et se dissipe progressivement pour laisser place aux premières acrobaties.

cie-xy-1

Tous les artistes sont vraiment à 100% pendant toute la durée du spectacle et passent à une vitesse folle de la danse (so lindy), à la parade, aux portés et à la voltige. Les transitions sont tellement rapides que l’on a du mal à comprendre comment ils arrivent à se concentrer avant d’effectuer une figure périlleuse. La chorégraphie du spectacle est très bien faite et extrêmement compliquée. Chaque personnage a quelque chose de bien précis à faire en permanence. On ose à peine imaginer les séances de conception, d’apprentissage et de répétition de ces tableaux.

L’effet de nombre avec les 20 artistes en scène fonctionne à merveille. Il y en a partout et des choses partout à regarder. Généralement cet effet a pour but de dissimuler un creux de mise en scène et permet de camoufler habilement des faiblesses. Ici il n’en est rien. Le grand nombre d’artistes est totalement justifié et fait toute la force de ce spectacle.

D’un point de vue purement technique, les figures que ces artistes exécutent sont de loin les plus difficiles et les plus impressionnantes que nous ayons vues depuis longtemps. Ils maîtrisent par exemple, avec une agilité déconcertante, la fameuse colonne humaine à 4 qui est réalisée par des hommes, mais aussi par des femmes !

La chorégraphie du spectacle est tellement rythmée que les artistes ne peuvent même pas retenter une figure en cas d’échec. Des ratés, il y en a, mais, compte tenu du nombre délirant de figures toutes plus impressionnantes les unes que les autres, ils passent totalement inaperçus.

Dans les numéros de banquine, ce sont souvent les mêmes morphologies qui reviennent : des gros costauds pour les portés, des fins légers pour les voltiges. Avec la CIE XY, oubliez les conventions ! Des grands, des petits, des minces, des gros, des costauds, des fins : peu importe. Il faut aussi noter que toutes ces figures sont réalisées sans sécurité et avec des accessoires réduits au minimum : une simple bascule et de grandes planches.

Au final, nous ne pouvons que vous recommander ce spectacle qui vous donnera à coup sûr de savoureux frissons. Évidemment, il faut aimer le banquine car c’est bien uniquement que de cela dont il s’agit. Les très nombreux artistes de la troupe se donnent coeur et âme tout au long de la représentation et transmettent au public une énergie folle. On ne voit pas le temps passer et à la fin on en redemande !
Il n’est pas encore minuit
de la compagnie XY

du 18 novembre au 27 décembre
Espace Chapiteaux par de La Villette (75019) sous chapiteau
à partir de 26 euros

Bouton 200x40

Bestias – Baro d’Evel Cirk Cie

Le spectacle Bestias  se joue jusqu’à la fin du mois de juillet à l’espace chapiteaux du parc de La Villette dans le 19ème arrondissement. C’est le septième spectacle de la compagnie franco-catalane Baro d’Evel Cirk de Camille Decourtye et Blaï Mateu Trias. Nous avons assisté à la première !

Bestias - Baro d'Evel Cirk Cie

© A. Bramao

L’entrée dans le chapiteau est magique. D’une certaine façon, le spectacle commence à la seconde o on franchit le seuil de la tente. On débute par une déambulation dans une sorte de labyrinthe. Cette courte ballade est agrémentée de sons et d’images : des mobiles s’animent et un jeu de lumière met en valeur les toiles peintes sur les parois du parcours. Puis, comme par magie, on entend le bruit des sabots des chevaux et leur souffle. Un jeu d’ombres chinoises les fait apparaître en géant. C’est impressionnant !

Bestias - Baro d'Evel Cirk Cie

Le début du spectacle l’est tout autant. Dans la salle il règne un calme et un silence absolu. La lumière est tamisée. On entend le bruit des sabots d’un cheval  qui se rapproche. Il entre calmement  sur la piste en totale liberté, il s’arrête un instant et repart. La simplicité et la beauté de la scène est à couper le souffle.

La musique et les sons sont très importants. Camille Decourtye interprète plusieurs chansons avec une sublime voix envoutante. La musique est réalisée par les artistes eux mêmes depuis deux petites structures fixées aux deux mas du chapiteau.

Bestias - Baro d'Evel Cirk Cie

© I. Grandjean

Il y a assez peu de numéros dans Bestias mais beaucoup de danse et de performances. L’un des premiers est un sublime moment de complicité entre un cheval (toujours en liberté) et son dresseur. C’est simple, émouvant, poétique et contrairement à ce qu’il y paraît, d’une très haute technicité. Toujours dans la discipline du dressage, on a beaucoup apprécié la scène de jeu avec le corbeau pie. La présence de plusieurs oiseaux nous fait naturellement penser à la volière Dromesko.

La trame du spectacle est très difficile à suivre. Il n’y a pas vraiment d’histoire, seulement des personnages qui tentent d’exprimer des choses avec leurs corps, leurs voix, leurs présence. Passées les premières 20 minutes de découverte des différents artistes, des animaux et de la scénographie, on commence à trouver un peu le temps long. Les « séquences » chorégraphiées avec les Hommes manquent d’invention. Elles sont longues et on a un sentiment de déjà vu : quel dommage ! Elle sont loin d’être à la hauteur de celles faisant intervenir des animaux.

Bestias - Baro d'Evel Cirk Cie

© I. Grandjean

Difficile de rentrer le spectacle Bestias dans la catégorie du cirque contemporain. Selon nous, il appartient plus au genre du nouveau cirque. Un genre qui s’approprie certaines essences du cirque : ici le chapiteau, la piste ronde ou encore les animaux. Bestias relève plus de la danse contemporaine ou de la performance que du cirque.

Au final, nous éprouvons un sentiment mitigé sur ce spectacle qui nous a ébloui par la mise en scène, l’ambiance et la beauté des animaux mais qui nous a aussi déçu par la longueur de certaines séquences qui manquaient de sens et d’originalité.

Bestias de la compagnie Baro d’Evel Cirk

du 29 juin au 25 juillet 2015
Espace chapiteaux La Villette
Paris 75019

Tarifs : 26 euros

Le Prince Albert II de Monaco au Cirque Éloise

Cette année, pour les fêtes, vous pourrez découvrir la dernière production du Cirque Éloise Monaco ou les amants du rocher  à Paris. Pour la petite anecdote, sachez que le Prince Albert II de Monaco en personne est venu rendre visite à la troupe dans leurs studios à Montréal.

albert II de monaco - cirque éloise

Mis en scène par Krista Monson « Monaco ou les amants du Rocher » regroupera une trentaine d’acrobates et danseurs dans un décor grandiose au cœur des plus beaux symboles de Monaco. Il sera présenté en première mondiale au Zénith de Paris le 1er octobre prochain.

monaco - cirque éloise

 

Monaco
du Cirque Éloize

du 29 septembre au 3 janvier 2016
Zénith de Paris (75019)
à partir de 38 euros

 

Bouton 200x40

Bestias de Baro d’Evel Cirk Cie à La Villette sous chapiteau

Baro d’Evel Cirk produira son spectacle Bestias à La Villette du 29 juin au 25 juillet prochain. C’est le septième spectacle de la compagnie franco-catalane de Camille Decourtye et Blaï Mateu Trias. Le spectacle se joue sous un chapiteau  spécialement conçu pour l’occasion pour accueillir acrobates, danseurs, comédiens et animaux.

bestias

« Bestias est peut-être une tentative de redécouvrir, par des traces imaginaires, ce que notre propre vie a de commun avec l’histoire des hommes d’un passé lointain qui ont laissé sur les murs des cavernes, des motifs peints, des gestes dansés, des animaux sauvages, dans une simplicité de forme qui nous interroge et nous bouleverse. »

Bestias de la compagnie Baro d’Evel Cirk

du 29 juin au 25 juillet 2015
Espace chapiteaux La Villette
Paris 75019

Tarifs : 26 euros

Super Sunday – Race Horse Company

Race Horse Company a joué sa dernière création, Super Sunday, lors du festival du cirque Haute Tension 2015 (Paris, La Villette). Super Sunday, c’est un spectacle de cirque contemporain 100% testostérone qui décoiffe !

race horse company - super sunday

 

Race Horse Company est une jeune troupe de cirque finlandaise qui en est à sa quatrième création. La troupe a tourné dans de nombreux pays sur plusieurs continents et leurs créations ont déjà été vues par plus de 80 000 spectateurs. Les mots d’ordre de la troupe sont : esthétique du chaos, humour et surprise.

race horse company - super sunday

Super Sunday est un spectacle survolté ! On peut dire que les artistes savent mettre le feu à la salle. Tout commence par un très drôle cadre noir de marionnettes totalement absurde. Puis le rideau se lève sur un grand manège qui tourne à toute vitesse ! On se croirait au festival Burning Man dans le désert du Nevada. Les artistes sont simples et naturels : pas de maquillage, pas de costume. Ils enchaînent les numéros et les chorégraphies avec une grande simplicité et une haute technicité.

race horse company - super sunday

Au programme, on trouve un numéro de jonglage avec une massue, un très beau numéro de bascule, un numéro de trampoline, une roue de la mort (qui est presque le plus décevant du spectacle) et un inoubliable numéro de barre russe (JC n’a qu’à bien se tenir) !

Nous avons beaucoup apprécié ce spectacle même si certains points sont un peu décevants : on regrette des longueurs à certains moments et une lumière qui ne met pas assez en valeur les artistes. La troupe a un peu de mal à tenir l’ambiance pendant l’heure et demie de spectacle. Il faut dire que cela commence tellement fort qu’à la moindre accalmie, on l’impression que tout retombe.

Quoi qu’il en soit, nous vous recommandons sans trop d’hésitation ce spectacle si vous voulez passer un bon moment et si vous avez un peu le moral en berne. Race Horse Company saura vous mettre le sourire aux lèvres et vous donner une pêche d’enfer !